Quand on m’encule, j’aime bien jouir…

… et j’ai pas joui !

Je vous avais promis une série d’article sur l’immobilier pour suivre l’avancement de mon projet d’achat d’immeuble. J’ai malheureusement pris beaucoup de retard pour la rédaction mais pour un petit récap je vous propose ce 4ème article.

Après plusieurs refus de banques, pas parce que le dossier était mauvais, mais parce que mes revenus immobiliers étaient plus élevés que mes revenus salariaux (pas de mal, je suis fonctionnaire), le service de cautionnement ne voulait pas assurer le crédit des banques.

Alors pourquoi ce titre ?

Le propriétaire, vendeur de l’immeuble a joué la montre sur l’échéance de signature définitive prévu le 5 janvier. En effet, il manquait au compromis un document qui empêchait de finaliser la rédaction dudit compromis et il ne m’a été finalement fourni que vers le 11 novembre. Le compromis en poche, je l’apporte à la banque pour le financement et donc, tout devrai rouler puisque j’avais eu un accord de principe. Le dossier est bon, ma situation confortable, VAMOS, ma banquière me dit : “réponse dans 10 jours max !”

11 jours après, je rappelle la banque, c’était un mercredi. Mon interlocutrice me dis qu’elle n’a pas eu de réponse, mais qu’elle me rappelle le jeudi. Vendredi je la rappelle. “Vous aurez votre réponse Samedi”. Le mardi suivant je la rappelle : “votre demande de financement, a été refusée” !

Entre temps une proposition très supérieure à la mienne a été faite au vendeur.

Vous avez pigé maintenant pourquoi ce titre ?

Bah parce que le 11 novembre (férié) la banquière me fait poireauté plus de 15 jours pour finalement m’annoncer un refus. Nous arrivons au 1er décembre, les rues de Bordeaux sont déjà presque toutes décorées, les Pères Noëls nous harcèlent dans les magasins pour leurs putains de photos avec les enfants, (tiens, comment ça s’appelle déjà les vieux messieurs qui veulent absolument prendre des enfants sur leurs genoux pour prendre des photos avec eux en les calinant ?).

Bref, la France commence à préparer les fêtes et pour avoir quelqu’un de concentrer à cette période, accrochez vous !

Je sais que je n’ai plus que 15 jours devant moi car du 20 décembre au 5 janvier, la boutique France est fermée !

Vous l’aurez compris, faute de retard, de temps, d’incompétence et de revenus trop élevés, je n’ai pas pu avoir mon financement.

Sur cette affaire, je me suis bien fait enculé. Un bon gang bang de connard tient.

Toutefois, je n’aime pas croire que les banques ne prêtent qu’aux riches.

La preuve, pendant mon montage, j’ai donné quelques conseils d’investissement autour d’une bière et des cacahuètes à un ami et la semaine qui a suivi, je lui demande s’il avait avancé dans ses recherches, le bougre me réponds qu’il avait acheté son immeuble ! Je me suis dis : “c’est pas vrai, con comme t’es ?”. D’ailleurs, le crédit lui a été accordé par la banque que j’avais sollicité au départ donc c’est pas une histoire de patrimoine puisque ma situation est nettement meilleur que la sienne.

 

Allez, la suite au prochain prochain épisode !

 

 

Quand on m’encule, j’aime bien jouir…

Laissez un commentaire constructif, je zappe direct les commentaires de merde...

%d blogueurs aiment cette page :